Moovie, le blog sur la convergence des médias Catherine Holahan du journal BusinessWeek constate dans un article paru mercredi dernier que désormais, les vidéos professionnelles prennent le dessus en terme d’audience sur les vidéos réalisées par des internautes amateurs.

Matt Sanchez, co-fondateur du site VideoEgg explique en effet que “les internautes préfèrent regarder des vidéos de qualité professionnelle que des vidéos réalisées par leur voisins dans leur garage“. Le site de réseau social Bebo vient d’ailleurs d’ouvrir son portail vidéo à des grands médias afin d’attirer les internautes. Autre exemple cité, le site ManiaTV a récemment retiré son espace de 3 000 “User-Generated Channels” qui n’attirait pas assez d’internautes. Le PDG de Mania TV, Peter Hoskins explique en effet qu’environ 80% des internautes regardaient les vidéos produites par des célébrités telles que le musicien Dave Navarro ou encore le comédien Tom Green et précise que “ce que nous avons réalisé, c’est que nous n’avons pas besoin des contenus produits par les internautes puisque nous avons les grands d’Hollywood qui désormais souhaitent travailler avec nous“.

Pourtant, ce n’est pas la demande qui manque. 57% des internautes américains ont selon une étude de Pew Internet & American Life Project parue en juillet dernier, regardé ou téléchargé des vidéos online. L’étude précise que l’intérêt des internautes se porte sur les vidéos “news”, puis par sur les vidéos “comédie” et enfin sur les émissions et séries TV. Une autre étude menée par Burst Media place dans les catégories vidéos les plus vues : les news, les bandes-annonces de films, les sketchs, les clips et les émissions TV.

Face à cette évoluton, Hollywood ne tarde pas à s’adapter. Sur les 12 derniers mois, les scénaristes, comédiens et studios cherchent à développer des contenus spécialement pour Internet (“Prom Queen”, “Roomates”, “Funny or die”, “Quarterlife”…). Les grands médias se mettent également à développer leur propre site de partage de vidéos tel que Hulu développé par NBC et News Corp. Suranga Chandratillake, PDG du site Blinkx précise qu’il “y a un peine un an, si vous cherchiez une vidéo professionnelle sur Internet, vous seriez tombé sur une vidéo piratée de mauvaise qualité. Désormais, vous pouvez regardez de vrais contenus.

De plus, au niveau économique, les vidéos amateurs ne font pas le poids. Le PDG de Burst Media Jarvis Coffin précise en effet que les annonceurs ont du mal à faire confiance à des contenus UGC (“User Generated Content” ou “Contenu produit par l’utilisateur/internaute”) qui peuvent à tous moment ternir leur image et préfèrent se tourner vers des contenus professionnels. Suranga Chandratillake explique que les annonceurs sont prêts à payer plus de 60$ toutes les 1 000 vidéos professionnelles vues alors qu’ils ne dépenseraient que 7$ pour des vidéos UGC.

Matt Sanchez précise enfin que les internautes devront s’adapter et ainsi produire des contenus de qualité. La série “We need Girlfriend” qui génére 700 000 visionnages par épisodes sur Youtube et qui a été repris par CBS et Sony Pictures Television en est un bon exemple. Mais Sanchez précise que les vidéos produites par les internautes amateurs auront toujours leur place sur Internet mais ne représenteront prochainement qu’entre 10 et 15% des audiences globales, pas 60% comme ce fut le cas.

  • Top

About Cédric Bellenger

Curious since 1980.
cedricbellenger@gmail.com
fr.linkedin.com/in/cedricbellenger