Jean-Bernad Lévy, président du directoire du groupe Vivendi a indiqué hier à Cannes lors du

Midem, ne pas avoir l’intention de se séparer de sa maison de disques Universal Music. Il reconnaît que l’industrie du disque connaît actuellement une phase de transition liée à l’Internet et à la téléphonie mobile (le chiffre d’affaires de l’industrie musicale a chuté de 10% en 2007) mais croit également qu’il y a aura un marché pour les produits “physiques” tels que les CD pendant encore un grand nombre d’années parallèlement à la forte croissance de la musique numérique (40% en 2007)

Si nous avons la bonne politique de création, et si nous comprenons bien la technologie et bien le consommateur, alors (…) le numérique va continuer à se développer avec beaucoup de succès“, a précisé Jean-Bernard Lévy. “C’est une transition vers un modèle très diversifié, où les CD joueront encore un rôle. Je ne pense pas que ce soit tout noir ou tout blanc”, a-t-il déclaré.

Je pense qu’aujourd’hui, il y a une exagération dans le secteur. Naturellement, cela ne va pas si bien, mais, regardez-nous, notre chiffre d’affaires est stable, une bonne marge à deux chiffres. Ce n’est pas aussi sombre que ce que décrivent beaucoup de gens“, a-t-il ajouté.

Jean-Bernard Levy a également déclaré qu’Universal Music testait actuellement des modèles de téléchargement de musique dénoués de protection DRM mais que la politique du groupe y était toujours très attachée. (La major a commencé à distribuer une petite partie de son catalogue sans protection en août dernier). “Nous ne souhaitons pas faire plus de commentaires à ce niveau, nous sommes actuellement en train d’analyser le marché et nous prendrons nos décisions en temps voulu” a-t-il ajouté. Au sujet de l’interoperabilité (possibilité d’écouter un titre sur n’importe quel support), le président du directoire a simplement déclaré “espérer avoir plus d’interopérabilité dans le futur“.

Source

About Cédric Bellenger

Curious since 1980.
cedricbellenger@gmail.com
fr.linkedin.com/in/cedricbellenger