Je viens de découvrir “Conversation d’avenirs“, une émission vraiment très intéressante diffusée initialement sur la chaîne Public Sénat le Vendredi à 22h45. “Lors d’une Conversation d’avenirs avec la journaliste Stéphanie Bonvicini, Jacques Attali livre ses réflexions sur l’avenir à travers le prisme d’un événement en apparence mineur mais annonciateur de profonds bouleversements.”

image

J’ai très rapidement abordé la Génération Y dans un récent article relatif à la consommation des contenus audiovisuels sur Internet et la nécessité pour les industries cinématographiques et musicales de s’adapter. Jacques Attali fait une description très intéressante de cette génération :

 

Au menu :

– Définition de la Génération X (de Douglas Coupland)

– Définition de la Génération Y (ou e-boomers, génération Boomerang…) Terme apparu dans le magazine Advertising Age qui désigne les individus ou “héros” nés après 1977. Il s’agit d’une génération Y (à prononcer “Why” “Pourquoi”) car elle ne se contente pas d’une réponse et n’accepte pas la hiérarchie. C’est un phénomène mondial qui est parti des États-Unis. Cette génération représente 20% de la population des pays de l’OCDE, environ 13 millions de français.

Les individus de cette génération souhaitent travailler chez eux, de manière flexible. Il leur est important d’avoir du temps pour soi, ils cherchent à s’épanouir, revendiquent un droit à la créativité et s’ils n’évoluent pas ou n’apprennent pas quelque chose en l’espace de deux ans dans une entreprise, ils la quittent. Ils s’intéressent à la réussite individuelle et non pas collective, ne sont pas cependant égoïstes car ils privilégient les amis

L’entreprise doit évoluer, elle ne doit plus être l’usine, un lieu de discipline mais au contraire être un lieu de convivialité (billard, piscine, crèche…), de créativité. Ils veulent apprendre en travaillant, obtenir des promotions rapidement et n’acceptent pas les nombreux échelons entre eux et la direction (pas plus de deux échelons).

C’est un phénomène assez profond pour que cette génération puisse prendre un jour le pouvoir.

De plus, après les “prophètes” (baby-boomers), les “nomades” (la Génération X), les “héros” (la Génération Y), la génération suivante, la Génération Z concernera quant à elle les individus nés après 2004 et décrit les individus comme des “artistes” libérés de l’ambition créatrice de valeur ou d’argent. Les prémices de cette génération se font déjà sentir avec l’apologie de la gratuité, l’intérêt pour les ONG.

About Cédric Bellenger

Curious since 1980.
cedricbellenger@gmail.com
fr.linkedin.com/in/cedricbellenger